Le poulailler-serre collectif


Un nouvel équipement collectif et pédagogique au Jardin des Fangouses : le poulailler-serre

Pourquoi mettre en place un poulailler-serre au Jardin des Fangouses ?

Etablie dans la zone d’adhésion du Parc National des Cévennes, l’association en partage les valeurs et met en œuvre des pratiques au service de la biodiversité et de la protection de l’environnement. Chaque année, Les Jardins en Partage développent un nouveau projet d’envergure afin d’élargir le champ de leurs actions et toucher de nouveaux publics. C’est pourquoi en 2017, nous engageons la création d’un nouvel équipement collectif et pédagogique : un poulailler-serre au Jardin des Fangouses.

A l’origine du projet se trouvent plusieurs constats.

  • Tout d’abord, celui d’une production de biodéchets alimentaires importante et non valorisée sur la commune de Villefort, partagée entre particuliers, restaurateurs et commerces. 
Les Jardins en Partage ont mis en place il y a un an, une collecte de déchets avec un partenaire villefortais. Afin d’étendre cette dynamique, l’association a besoin d’une solution complémentaire au compostage déjà présent au jardin.
  • Par ailleurs, après quelques années d’activités, les adhérents de l’association ont constaté que le climat lozérien pouvait être un obstacle aux cultures primeurs et aux légumes frais d’hiver. Le Jardin des Fangouses est en effet situé à 600 mètres d’altitude et il est soumis, aux influences du climat méditerranéen comme du climat montagnard (pluies abondantes, neige, températures négatives en hiver…).  L’association a donc besoin d’un moyen simple mais respectueux de l’environnement pour « contrer » les effets du climat hivernal local.
  • Enfin, plusieurs adhérents de l’association disposent déjà chez eux d’un poulailler et pratiquent ainsi quotidiennement la valorisation de leur biodéchets alimentaires. En partageant leur expérience positive, d’autres membres ont été intéressés et l’idée d’un poulailler commun a émergé.Les travaux d’aménagement du poulailler commencent fin septembre 2017 ! Les photos arrivent bientôt !

Qu’est-ce qu’un poulailler-serre ? 



Un poulailler-serre combine la serre de jardin et le poulailler.

 La serre de jardin chauffe naturellement grâce aux rayons infrarouges émis par le soleil. C’est la structure translucide de la serre qui permet de cultiver des végétaux dans une ambiance propice à leur développement. La culture sous abri permet de semer plus tôt par rapport au calendrier des cultures en plein air.
En installant un poulailler dans la serre, on permet d’y augmenter la température en hiver et en intersaisons pour les cultures, grâce à la chaleur produite par les poules. Pour leur part, les cultures absorbent le dioxyde de carbone produit par les poules et rejettent de l’oxygène. L’eau pluviale tombant sur la serre, est collectée et sert à abreuver les poules, à arroser les plantes, et à maintenir le taux d’humidité ambiant à l’intérieur de l’équipement.

Pour fonctionner, ce système où rien ne se perd et tout se transforme, nécessite seulement deux intrants. Tout d’abord, les biodéchets alimentaires donnés aux poules, récupérés chez les adhérents et les partenaires de l’association. Puis le fumier frais de cheval, récupéré auprès d’un partenaire et disposé en andain (butte de culture). Sur cette butte repose un châssis, destiné à recevoir les semis qui profitent ensuite de la chaleur et des nutriments issus de la dégradation du fumier. C’est ce qu’on appelle la culture sur couche chaude.

Ce système produit :

-des œufs frais (200 œufs à l’année par poule)
-des plants potagers primeurs et des légumes d’hiver
-de la litière de poules, utilisable dans la serre sur la butte de fumier, ou dans les parcelles des adhérents

Les composteurs du Jardin des Fangouses sont alimentés par un restaurant partenaire de Villefort. Ils ont valorisé 1500kg de biodéchets alimentaires depuis 1 an. 
Avec le poulailler-serre et ses 8 poules, nous pourrons valoriser 1800kg supplémentaires.


Les objectifs pédagogiques et sociaux du projet :

Les publics visés par cet équipement sont : les adhérents de l’association, les scolaires de la Communauté de Communes Mont-Lozère, les visiteurs et partenaires du Jardin.

Le poulailler-serre est un moyen simple et ludique permettant de transmettre de nombreuses valeurs et idées, aux adultes comme aux enfants. Différentes animations organisées et encadrées par l’association seront l’occasion :

  • de sensibiliser aux thématiques du gaspillage alimentaire, de la réduction des déchets et de leur valorisation
  • d’aborder les différents cycles biogéochimiques (eau, carbone, azote…)
  • d’aborder des notions agronomiques simples, peu coûteuses à mettre en place et peu impactantes sur le milieu naturel (techniques de permaculture, élevage extensif…)
  • de responsabiliser les participants quant à la gestion d’un élevage et aux besoins des animaux
  • 

d’ouvrir le débat sur le respect et la place des animaux dans notre société ainsi que sur l’origine de notre alimentation


  • de dynamiser les partenariats locaux, de stimuler le lien social sur le territoire tout en valorisant les compétences et connaissances de chacun

Le poulailler-serre est un projet écocitoyen à long terme. L’espace réservé au poulailler ne permettant pas d’agrandissement, ni d’augmentation du nombre de poules, celui-ci restera un petit élevage, garantissant une gestion durable. Nous espérons pouvoir accueillir à l’avenir, des personnes inspirées par notre projet que nous pourrons conseiller, et ainsi devenir un centre de ressources.

La campagne de crowdfunding

Pour mener à bien ce projet, Les Jardins en Partage ont mené une campagne de crowdfunding sur le site HelloAsso en juin 2017. 41 donateurs ont permis de récolter 1473 euros, qui viennent s’ajouter aux subventions des institutions locales. Pour découvrir cette campagne, cliquez ici.

Un grand merci à :

Aline Mousset, Pierrette Revest, Jean-Marie Codol, Moïra Chanzy, Léo Feuga, Delphine Faucon, Anne Guastella, Julien Codol, Monique Mazon, Pierre Lenormand, Maud Fardel, Chloé Garulo, Robin Chouleur, Armaël Domaine & Charlotte Gremillot, Colette Didelle, Lucile Genere, Betty Bajac, La Maison Mathieu, Georges Chouleur, Colette Lozé, Sylvie Rabier, Patricia Blaise, Didier Collin, Cyril Romme, La boulangerie Roux, Amélie Laval, Jean-Louis Fardel, Juliette Queroy, Yves Lozé, Lola Goulias, Nelly Manifacier, Cécile Bass, Emilie Poulin et Augustin Poulin !
Ainsi que toutes les personnes qui ont participé en remplissant la cagnotte sur le marché !